Catégories Actualités, Divers, Equipe première, Espoirs, Images et interviews, Infos, Site des supporters

Les forumeurs ont du talent


A l’aile la vie est belle !

“Et NAITUVI entra !

On joue la 74ème lorsque celui que j’appelais de mes vœux, rentré subrepticement sur le terrain est servi par Alexandre BECOGNÉE (ou s’arrêtera ce garçon encore énorme hier soir ?) nous gratifie de quelques pas de danse dans la défense rouennaise, L’ombre insaisissable vole à peine effleurée par les défenseurs normands qui se trouent les uns après les autres, c’est le fameux « trou normand », et sert Marty pour un joli numéro, sans faute de goût et un off load lumineux pour Juju. 3 ailiers et un peu de légèreté dans cette soirée ou le combat a prédominé. Plus rien ne sera marqué, le Stade régénéré s’impose 19 à 15 à Rouen, pas si évident que ça avant la rencontre, et continue son parcours chaotique.
Jusque-là les choses ne furent pas simples et l’on savait que, alors que nous ne jouons plus rien dans ce championnat, face à une équipe qui jouait son avenir dans la division, nous devrions nous employer, être présent dans le combat et les phases de conquête directe ou indirecte. Après la virée héraultaise, il fallait une équipe au caractère bien trempée pour surmonter le monumental échec.
La composition de l’équipe au coup d’envoi avait de quoi inquiéter plus d’un observateur, MUZZIO à droite, BULTEL à peine remis à gauche et une troisième ligne inédite composait un 8 ou CEDARO faisait la paire avec DURAND en seconde latte, là « y a de la testostérone ». Derrière les facteurs X étaient absents ou ciraient le banc. LOUSTALOT de retour à la mêlée associé à Captain TALES, un milieu guerrier avec MIGNARDI et CAPPIELLO et un fond de terrain GERBER/MARTY/WAKA.
Dès les premières minutes on sent que nos protégés sont dans le match, la mêlée tangue mais ne rompt pas et notre présence dans les rucks est rassurante. Les joueurs s’envoient et font mieux que rivaliser dans les duels avec en figure de proue CEDARO, MUZZIO et BECOGNÉE. Comme on pouvait le penser cette première mi-temps ne verra pas de grandes envolées et le duel des buteurs tourne à l’avantage de LOUSTALOT pour les jaunes et noirs. 9 à 12 aux citrons. Sourires et une forme d’optimisme éclairent la bobine de POPOL et de mes voisins de table qui contraste un peu avec le : « Si on gagne pas ce soir, on est nul » d’un LACASA résolument critique et pessimiste.
Le début de la 2ème mi-temps voit des montois qui ne lâchent rien mais le jeu reste restrictif, conditions obligent, le match est engagé et les débats s’équilibrent. MICHALLET ramène d’abord les siens à égalité et leur donne même l’avantage, on joue la 67ème, le RNR est devant 15 à 12, la pression est sur les montois qui subissent la furia locale et LOUSTALOT pris par la patrouille, quitte ses partenaires pour 10 minutes. Chorégraphie dans les tribunes, Rouen semble tenir son succès.
….Et NAITUVI entra…”

signé pastabal40

.

“On peut également titrer son article par “Naituvi cavala dans le calva.” proposition de keith moun